Guangzhou

Je vous avais prévenu que je n’avais presque que des méchancetés à dire sur cette ville.

Guangzhou a été la troisième ville de notre parcours, la troisième semaine.

Quand nous sommes arrivés, on venait du Sichuan, une région dense au milieu de la Chine qui, même si c’est une région géniale, m’avait par moment oppressée. Quand je suis arrivée à Guangzhou, je me suis dit (et j’ai dit à mon frère) : « je sens que cette ville va être plus douce. Il fait plus chaud, on est pas loin de la mer, à 100km d’Hong Kong qui est ma ville préférée sur terre, on mange des dim sum. Je sens qu’ici, on va pouvoir décompresser. » Je pense qu’inconsciemment je m’attendais à arriver à HK. 

Ce préambule étant établi, parlons un peu de Guangzhou.

 Où dormir ? 

Je sais pas.

Quand on est arrivés à Guangzhou, j’avais réservé une semaine complète à l’établissement Leo Boutique Hotel, que mon Google Maps me localisait à ce moment-là plutôt dans le centre de la ville (spoiler alert : c’était pas du tout là).
Quand nous sommes arrivés à l’hôtel, après 7h30 de train sans manger, deux taxis et une engueulade, on a trouvé un établissement digne de Shining. Situé en bordure de l’Airport Expressway (l’autoroute de l’aéroport), ça sentait la cigarette partout, d’ailleurs les gens fumaient allègrement dans les couloirs, à la réception, dans l’ascenseur, et dans les chambres. On croisait des types en tongs, tee-shirt remonté au-dessus des tétons et ventre… disons « en place ».
Notre chambre donnait sur l’arrière de l’hôtel, sur le parking en dessous de l’autoroute. Et pour parfaire le décor, il n’y avait pas de wifi accessible sans weChat. En revanche il y avait des poils dans la douche, un faux cil dans le lavabo et des brûlures de cigarette par terre.

Autant vous dire qu’on y est resté une nuit, que j’ai passée à pleurer et à maudire ce pays (faut pas m’en vouloir, c’était la troisième semaine, ça commençait à être un peu dur).

Au cas où vous aimez croiser des jumelles creepy de 8 ans au bout du couloir et des gamins à bicyclette dans les hôtels :

Prix : 19 euros la nuit.
Adresse : Building D n°1962 Jichang Road, 513000

Deuxième essai : le Sunny Appartements de l’hôtel Continental.

Après une heure de bus depuis notre premier hôtel, nous sommes arrivés dans le vrai centre de Canton, à Beijing Lu. La réception était au 18ème étage d’une tour, les chambres montaient du 18 au 35ème étage. Le réceptionniste nous a montré notre chambre, qui avait une super baie vitrée. Les lits étaient confortables, la salle de bain grande et il y avait clim et télé. Tout pour plaire.

Sauf qu’au bout d’une heure mon frère a trouvé un cafard. Dans la même soirée on en a trouvé une vingtaine. Je vous la fais courte : on a changé 3 fois de chambre en 24 heures. Dans la dernière il y en avait vraiment moins (on a fini au 30ème étage et on s’est fait la réflexion que plus on monte, moins il y a de cafards) mais on en a quand même eu toute la semaine (et pas toujours que des petits).

Mais si ce n’est ce petit problème de nuisibles, l’hôtel est super et très, très bien situé. (ci-contre, la vue de la chambre. Pas dégueu.)

Prix : 280€ la chambre lits jumeaux pour 6 nuits (46€ la nuit à peu près).

hotel guangzhou

 Que faire/que voir ? 

Rien, il fait trop chaud.

Non je rigole, il y a quand même des choses à faire à Canton, mais c’est vrai que la chaleur devient vite très étouffante, irritante, collante, bref, insupportable.

La Canton Tower

Un classique, évidemment mais c’est vraiment cool. Il existe plusieurs types de billets, donnant l’accès à différentes attractions.

Nous on a choisi l’option qui permet de monter admirer le point de vue à deux étages différents + de faire un tour de bubble tram.

Le bubble tram, c’est des petites cabines rondes montées sur rail qui font le tour de la Canton Tower à son sommet, permettant une vue panoramique de Guangzhou (quand c’est dégagé. Sinon t’as juste l’impression d’être en Écosse).

Il y a aussi des options sans le bubble tram ou une option avec en plus une chute libre sur la tour. En fait c’est moins impressionnant qu’il n’y paraît : harnaché comme à la Foire du Trône, on te met sur un siège qui monte lentement une vingtaine de mètres avant de redescendre d’un coup. Évidemment ça reste assez cool mais moi au début je pensais qu’on descendait toute la tour comme ça et ça aurait été vraiment marrant ça. J’aurais bien mis ma mère dessus, bref.

La Tour est très bien aménagée, il n’y a pas de queue (grâce au 13 452 employés au mètre carré), la vue est vraiment impressionnante et si vous avez un peu de budget, le bubble tram vaut vraiment le coup je trouve.

guangzhou, canton tower

Dans un des étages inférieurs, vous avez la possibilité de faire des photos avec un photographe (c’est ce que les Chinois préfèrent au monde alors il y a ça dans quasiment toutes les attractions touristiques). Il vous donne un ticket et quand vous redescendez, vous donnez le ticket à un comptoir et vous avez possibilité d’acheter les photos que vous avez prises. ATTENTION : s’il n’est pas possible de négocier le prix, il ne faut pas se faire avoir. Les vendeuses nous ont dit qu’il était impossible d’acheter une seule, deux ou trois photos, mais qu’elles ne pouvaient en vendre que 4 parce que l’imprimante blablabla. On ne voulait vraiment pas en prendre 4 (une seule photo est déjà assez chère), alors on est partis. Quand on est arrivés au rez-de-chaussée, il y avait un autre comptoir Kodak. A tout hasard, je suis allée demander : on pouvait très bien acheter les photos à l’unité ou par deux ou trois si on voulait. On a donc pu avoir nos photos.

Tarifs : à partir de 150 yuans, soit 20€ environ (tarif adulte pour 2 ponts d’observation au 107 et 108ème étages)

Adresse : Yuejiang W Rd, Haizhu Qu, Guangzhou Shi, Guangdong Sheng, Chine, 510290

Guangzhou, temple Chen

Le temple de la famille Chen

Un temple un peu à l’est de notre hôtel, dans un style Chinois classique avec un enchaînement de courtyards. C’était très beau. En plus, il y a plusieurs pièces dans lesquelles on parle de l’histoire de Canton, de son essor commercial, il y a des pièces avec de l’ivoire travaillée, des éventails, de la soie, de la peinture ou encore la reconstitution de certaines pièces de la maison. C’est donc aussi l’occasion d’en apprendre plus sur l’histoire de Canton, et sur les coutumes des familles Chinoises à l’époque de la famille Chen (fin du 19ème siècle).

Entrée : 10 yuans

Adresse : 7 Zhongstan Qilu, Guangzhou

 

Sur cette photo, c’est mon frère, en train de respurer des plantes, pépouz.

Les marchés de grossistes

Il y a une rue derrière notre hôtel qu’on a surnommée « la rue des soutifs ». C’est une rue où se succèdent des boutiques collées les unes aux autres et qui proposent toutes à peu près la même chose : des sous-vêtements, des chaussettes, avec quelques variantes maillot de bain ou vêtements de sport. Dans le prolongement, on a la « rue des chaussures » : un enchainement de boutiques de chaussures, baskets, sandales, de tous styles. Puis vient « la rue du faux » et là c’est un festival de sacs Chamel, de lunettes Brada, de portefeuilles Luis Wutton, ou de pantalons Tony Hilfiger.

Haïzu Bridge

Plusieurs fois, on s’est posés sur ce pont lumineux avec des tas de brioches et de raviolis qu’on avait achetés à un stand pas très loin, et on a diné là en regardant passer les bateaux et s’illuminer les tours. Ce n’est pas vraiment une attraction en soi mais quand la chaleur de la journée retombe un peu c’est très agréable, surtout que les bateau sont des bateaux de croisière pour touristes, parfois en forme de flamme ou de dragon et ils sont super illuminés c’est assez joli. Au loin, on voit la Canton Tower et plus près les immeubles qui s’allument à la nuit tombée pour ne devenir qu’un seul écran, ça c’est vachement impressionnant (comme à Chongqing).

Guangzhou travel guide
guanghzou travel guide

Des centres commerciaux

Les centres commerciaux chinois sont vraiment surprenants et différents de chez nous. Je suis personnellement, absolument et résolument fan de ces temples du kitsch, du faux et de l’abondance de trucs inutiles. Un des centres commerciaux qu’on a fait se trouve près de Haizhu Square. On trouve, pêle-mêle : des lunettes transparentes roses, violettes, vertes… des décorations d’ongle, des bijoux, des accessoires pour cheveux, des sacs, des ceintures, des souvenirs, des robes traditionnelles, des fruits et légumes en plastique, des plantes, des fontaines, du linge de maison, des services à thé, et j’en oublie encore les trois quarts. Comme je suis gentille je ne vous ai pas mis de photos de moi en train d’essayer toutes les paires de lunettes.

C’est un truc à faire, une caverne d’Ali Baba pour les cadeaux souvenirs (la plupart des objets sont assez peu chers et il y a moyen de ramener des cadeaux vraiment marrants) et, cerise sur le gâteau, c’est climatisé. Parce que souvenez-vous, il fait chaud et lourd à Guangzhou.

Il y a sûrement des tas d’autres choses à faire qui sont super sympa, mais comme j’avais trop chaud j’ai préféré passer mes journées en étoile de mer sur mon lit, sous la clim, en attendant des jours meilleurs.

 Où manger ? 

Bon, en revanche, à Canton, comme partout en Chine, on mange bien. Attention, les restaurants sont plus chers ici que dans le Sichuan. Même si on ne mange pas la même chose (les bols de nouilles sont un peu moins fréquents à Guangzhou qu’à Chengdu), il faut prévoir un peu plus de budget pour vos repas.

Les Dim Sum

La spécialité du sud, qu’on retrouve donc aussi à Hong Kong, ce sont les dim sum. Je ne sais jamais trop comment décrire les dim sum, mais pour simplifier je dirais que ce sont des tapas à la chinoise : ça se présente sous la forme de paniers vapeurs, de bols de trucs frits, de petites coupelles… Tout part au milieu de la table, tout se partage. Et surtout, les dim sum s’accompagnent en théorie de thé.

guangzhou food tour
guangzhou food guide
guangzhou travel guide
guangzhou guide de voyage
Dian Dou De

Un restaurant de dim sum vraiment en plein centre de Guangzhou, vers Beijing Lu. Ici, il y a parfois un peu d’attente mais ça va vite. Comme souvent, on te donne un menu sur lequel tu dois cocher les cases correspondant aux plats que tu veux. Il y a quelques images mais peu. Nous, on a demandé à des Chinois de la table à coté de nous aider à choisir, ainsi qu’au serveur.

On s’est retrouvés avec un florilèges de dim sum excellents.

On a eu des xiao long bao, au porc et au crabe, excellents, ainsi que des char siu bao (une brioche au porc caramélisé assez sucrée), mais aussi du riz à la viande épicée, des bouchées vapeur à la crevette, des pattes de poules (erk), des rouleaux de pâte de riz rouge gluante à la crevette (TROP DE DELICE OMG), des légumes, du riz, et j’en oublie sûrement. Tout ça sur fond de thé servi dans des toutes petites tasses trop kiki.

Prix : on en a eu pour environ 250 yuans (32€ environ, soit un peu plus que 10 par personne).
Adresse : No.470 Huifu East Road, Yuexiu District, Canton, Chine

Shangdian

Situé juste en-dessous de la Canton Tower, le restaurant Shangdian ne paye pas de mine : un éclairage au néon, pratiquement aucune fenêtre sur l’extérieur, bref, un restaurant qui ne répond pas vraiment aux standards français… Et pourtant, c’est tout aussi bon que Dian Dou De. On y retrouve le même genre de mets, des dim sum donc (xiao long bao, brioches, pâte de riz gluante vapeur, des légumes etc).

Prix : pareil que Dian Dou De : autour de 250 yuans.

Adresse : Binjiang E Rd, Haizhu Qu, Guangzhou Shi, Guangdong Sheng, Chine, 510245

guangzhou food tour

En conclusion

 

Vous l’aurez compris, tout n’est vraiment pas à jeter à Guangzhou/Canton. C’est une ville difficile, à cause des condition météorologiques, fatigante, pour les mêmes raisons + plus de foule qu’à Chengdu ou Chongqing, des rues plus étroites, plus sale aussi. 

Mais il y a quand même moyen de s’amuser, il y a des choses à voir et à faire et des chouettes trucs à manger. On a mangé plein de choses délicieuses dont je n’ai pas mis les adresses parce qu’il n’y en a pas vraiment, ce sont des stands dans la rue. Mais laissez-vous guider par les odeurs et attrapez des beignets, des galettes de ciboules ou des raviolis dans la rue, vous serez parfois moins déçu qu’au restaurant. 

Si vous avez besoin de conseils, d’autres adresses ou d’une épaule sur laquelle pleurer quand vous serez là-bas, n’hésitez pas à m’écrire sur Instagram @eating.with.ada

Comme dirait le méchant dans Taken : « bon chance« . 

A lire aussi