Tokyolima

Je ne me doutais pas que dans une ville grande et agitée comme Hong Kong, le premier restaurant où je mangerais serait TokyoLima, soit un restaurant… Fusion Péruvien-Japonais, comme son nom l’indique.

C’est un restaurant assez sombre, tout en bois épais. On nous installe sur une grosse table avec une banquette. Je commence par commander un cocktail qui arrive dans un verre trop joli, avec des fleurs dedans. Bref. La carte est assez complète, d’ailleurs tellement complète que je demande à mon ami de choisir pour nous. Et même s’il n’avait pas été là, la carte propose un assortiment du chef pour les plus indécis.

Les entrées

3 entrées arrivent.

Ca commence avec un « ceviche japones », aux noix de Saint-Jacques, crevettes, et poisson crus, et poulpe frit, le tout arrosé de chips de betteraves croustillantes, citron et piment.

Le ceviche met tout le monde d’accord dès la première bouchée. Marinés dans le citron, les poissons crus ont presque cuits et fondent sur la langue comme neige au soleil. C’est un délice de raffinement. Les chips contrebalancent avec cette douceur, et le jus rafraîchit le plat. En plus, il y a des petits grains de maïs pimentés qui rappellent le Pérou. Vraiment excellent.

Arrive ensuite une assiette de brochettes de poulet à la patate douce et aux petits oignons rouges. Le poulet, ça peut être un peu hasardeux, parce que comme tout le monde aime ça (c’est ma théorie) c’est pas la viande la plus soignée dans un restaurant. Là, le poulet est tout tendre, parfumée, très bon. Enfin, on nous sert une assiette de 6 makis aux oeufs de saumon

Ceviche de poissons chez Tokyolima
Brochettes de poulet à Tokyolima
Makis at TokyoLima
Boeuf mariné chez TokyoLima
Poulet à la tomate chez Tokyolima

Les plats

Mais c’est la tendresse du Beef Cheek Adobo qui arrive derrière qui me surprend.

Autant je mange bien avec des baguettes, autant je panique un peu quand je vois la pièce de boeuf sur la table. Il est présenté dans une longue assiette rectangle courbée, qui change des petits plats ronds des entrées. A côté du boeuf, des gros morceaux d’oignon, et du crispy. En fait, non, je peux planter mes baguettes dedans et en détacher quelques filaments sans problème.

Idem pour le Pollo A la Brasa, légèrement citronné et acidulé, trempé de sauce épaisse un peu épicée. Ca a limite tendance à me rappeler les goût genre maghrébins (je m’aventurerais pas à dire si Marocain ou Tunisien, parce que j’ai déjà assisté à des débats animés et je veux surtout pas être mêlée à ça).

Verdict

Les plats sont assez innovants, globalement très bons, et le prix est raisonnable. Les assiettes sont  à 90HKD à peu près (9 euros), les plats entre 130 et 350HKD (c’est le homard qui est à ce prix-là). Je ne trouve pas ça exorbitant. Après, ce soir-là, on a été invitée. Et même si j’ai adoré ce restaurant et le moment que j’y ai passé, il y a un truc qui manque. Je ne saurais pas dire quoi, peut-être un goût en plus, de l’authenticité, quelque chose qui fait que je n’y retournerais pas spontanément.

A lire aussi

Instagram has returned invalid data.