La street food à Porto

Cette semaine, je suis partie à Porto découvrir sa street-food. Bien que je ne sois pas encore très familière avec la notion de street-food (est ce que c’est caractérisé par une gamme de prix ? Est ce que si on est assis ça compte ? Est-ce que si on a une assiette et un bol durs ça compte ?) j’étais très curieuse de découvrir la cuisine portugaise au-delà de ce que j’en connaissais des étals du marché en bas de chez moi.

Le bacalhau et autres beignets

Qui dit Portugal dit bacalhau. Avant de se précipiter dans le premier restaurant et de demander des bacalhau, il faut savoir que ce mot signifie simplement « morue ». Et la morue, au Portugal, se présente sous diverses formes, dont la plus connue pour nous est l’accra. Soit une petite boulette frite ou panée de brandade de morue. C’est délicieux.

Leçon n°1 : le bacalhau, c’est un peu comme la pizza, même quand c’est pas terrible c’est assez bon. J’en ai donc mangé des excellents dans des restaurants ou des panadeira, et un bien nul à l’aéroport, froid et mou, mais pas trop mal quand même.
Les Portugais sont aussi assez férus de beignets en tous genres : rissoìs (des beignets à la viande, au poisson ou aux légumes au choix, en forme de demi-cercle souvent), croquettes et autres petits plaisirs que je n’ai pas eu l’occasion de goûter tapissent les vitrines des boulangeries.

La plupart sont très bons, et on les trouve même dans les bars, le soir, à des prix dérisoires : moins d’1€ en général.

street food
confeiteria do bolhao

Les viennoiseries et pâtisseries sucrées et salées

Du Portugal on connaît surtout sa morue, son Porto et ses pastéis de Nata, petites tartes rondes à base de pâte feuilletée et de crème à l’oeuf. Ca aussi, j’en avais souvent marché justement sur les marchés à Paris, au stand portugais. C’était bon, c’était pas incroyable. C’était pas le Portugal. A Porto, j’ai vraiment découvert le vrai goût des Pastéis de Nata, une association d’ultra-crémeux à l’arrière-goût de cannelle, et de feuilleté croustillant. Un vrai délice. Une vraie douceur.

Les Portugais ont l’air globalement assez fan de crème, et ça m’a rappelé l’Italie. On trouve alors un paquet de croissants fourrés et autres gros beignets remplis de crème pâtissière. Je ne les ai pas goûtés. Ce que j’ai goûté en revanche, ce sont les viennoiseries salées. Ici, il n’est pas rare de voir des croissants au jambon et au fromage, ou d’autres pâtisseries à base d’une pâtée différente, non feuilletée. On trouve aussi un genre d’épaisse viennoiserie à la viande, comme un sandwich. C’est globalement assez bon mais on les a toujours mangés froids (la street oblige) et je pense que ç’aurait été meilleur chaud.

Le temple de la street food

J’ai repéré sur internet plusieurs blogs qui parlaient du Mercado Do Bolhao, à Porto. Quelle ne fut pas ma surprise en arrivant là-bas et en découvrant qu’il était en travaux pour plusieurs mois, et par conséquent… fermé. Par chance, juste en face se trouve le meilleur spot de Porto : La Confeiteria do Bolhao. Une boulangerie-pâtisserie-salon de thé-tabac merveilleux. Haut de plafond, complètement plein à chaque heure de la journée (je sais j’y suis allée plusieurs fois), on y trouve à la fois tout ce dont j’ai parlé au-dessus, et d’autres pâtisseries, du pain, des fruits, des jus, et des conserves. De pâtés de poissons, de sardines à l’huile et autres charcuteries et fromage à la coupe. La salle du fond est un salon de thé où on peut s’installer pour déguster ses emplettes autour d’un café. Cet endroit est ultra-vivant et incroyable. Les étals de viennoiseries mettent l’eau à la bouche et sont vraiment super bons. On a mangé leurs pastis de Nata, une tuerie. Leurs rissoìs à la viande, un truc de malade. Les croquettes, délicieuses. Les viennoiseries à la viande un peu moins, et surtout vraiment énormes : une pour deux aurait largement suffi.

street food

Mais si vous n’aviez que deux heures à Porto, vous devriez au moins en passer une à la Confeiteria do Bolhao. Mon coup de coeur.

A lire aussi