Le gendre du boucher

Je ne suis pas une très grand habituée du 16ème, mais quand je déjeune avec T. c’est là que je dois aller. Et quand c’est déjeuner avec T, c’est déjeuner au Gendre du Boucher.

La salle du Gendre du Boucher est tout ce qu’il y a de plus Instagrammable. Murs blancs carrelés, peinture vert d’eau au mur, banquettes roses, tables en marbre. Presque trop. Mais je ne suis pas venue manger un fauteuil, je suis venue manger un steak.

Ca tombe bien, au Gendre du Boucher on ne mange que de la viande. Tout est casher.

Les entrées

En entrée, on commande le houmous et les boulettes de viande au cumin.
Le houmous est servi en trois couches : une couche de houmous bien gras (mais délicieux, attention hein). Là-dessus, une sorte de houmous rouge (à la betterave ?) et là-dessus, de la viande hachée. Le tout assaisonné à la perfection, et servi avec du petit pain maison exquis. Exactement le pain qu’il faut pour cette entrée. Les trois se marient parfaitement. Je me délecte du pain trempé dans cet assortiment de bonnes choses.
Les boulettes, elles, baignent dans une belle sauce rouge foncée qui sent fort le cumin. Rien à dire, ces boulettes sont délicieuses aussi. Et la sauce, n’en parlons pas. Parce que je ne saurais pas quoi dire. Il ne reste plus une miette de tous ces petits plats. Et je suis presque déjà calée.

gendre du boucher
pain au citron

Les plats

Viennent ensuite les plats. T. a commandé une escalope milanaise et moi un steak mignon à la sauce béarnaise. On peut choisir son accompagnement. Du coup, j’ai opté pour des frites et du fenouil braisé.
Les frites sont juste grillées, assez épaisses pour bien sentir la purée chaude dedans. Le fenouil est si braisé qu’il en est totalement fondant. Il se déchire même à la fourchette. Il a un goût légèrement citronné… Et je trouve d’ailleurs une écorce de citron confit. C’est excellent. Mais ce n’est rien comparé à la viande, d’une qualité incroyable. Il est tellement, tellement rare de manger de la bonne viande à Paris. Et celle-ci est incroyablement tendre. Pas un morceau de gras, pas un nerf, pas un morceau que je ne puisse pas manger. La cuisson est parfaite, cuite exactement saignant (et non pas à point ou bleu comme le servent certains restaurants qui ne comprennent pas ce que saignant veut dire).

Les desserts

Le dessert
En dessert, ce sera des fraises à la chantilly. Je n’ai jamais dit que j’étais venue manger léger ! Comme le restaurant est casher, ce n’est bien sûr pas de la vraie chantilly. J’ai du mal à déterminer ce que c’est. On dirait de la meringue avant cuisson. C’est lisse, satiné, sucré, collant. Bon mais un peu écoeurant. Je l’aurais peut-être plus appréciée si je n’avais pas déjà tant mangé…

Verdict
Il n’y a vraiment pas à tortiller, la cuisine ici est excellente. Ca donne envie de revenir et de gouter tous les plats. Seule l’addition me dit qu’en fait, je vais plutôt me contenter de riz à rien pour le reste du mois.

Dessert fraises à la chantilly

A lire aussi

Instagram has returned invalid data.